Anthropocène

Néologisme fabriqué en 1980 par l’écologiste Eugene F. Stoermer pour désigner la période géologique dans laquelle la Terre serait entrée à partir de la Révolution industrielle, les activités Image 5humaines étant devenues à partir de la moitié du XIX° siècle le facteur dominant de l’évolution terrestre.

Parmi les activités qui justifieraient en effet le passage de l’Holocène à l’Anthropocène, il faut citer l’agriculture et la déforestation qui induisent la fragmentation et la disparition des biotopes, la surpêche qui a dores et déjà  anéanti nombre d’espèces marines, l’épuisement de certains fleuves et rivières et, naturellement, l’émission des gaz à effet de serre qui retentit déjà sur l’ensemble des climats, et donc sur celle des aires de répartition et donc sur celle des évolutions des populations d’espèces animales et végétales.

Les avis sont partagés sur la pertinence de ce concept. Les climatosceptiques le trouvent évidemment fantaisiste, même si la fonte de la calotte antarctique est susceptible non seulement de générer des mouvements tectoniques mais encore, par rotation de la plaque sous-jacente, de retentir sur les plaques limitrophes. D’autres proposent une autre dénomination : le Poubellien ; d’autres enfin ont  déposé une demande argumentée d’homologation devant le Congrès International de Géologie de 2011 ; quoiqu’elle n’ait pas été acceptée, certaines sociétés nationales de géologie ont désormais intégré l’Anthropocène au champ de leurs recherches.

A lire : un entretien entre Hubert Reeves et Jean-Louis Etienne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.