Biocontrôle

Méthode culturale « achimique » basée sur le contrôle des ravageurs grâce à leurs parasites ou prédateurs naturels. Le Image 1biocontrôle instrumentalise donc les chaînes alimentaires ou les commensalités existantes au profit de l’agriculture, excluant a priori et les pesticides classiques et les O.G.M. de type Monsanto, dont on ignore bien souvent que la finalité seconde est de continuer à faire vendre ces pesticides, type Roundup, en particulier. Quelques exemples : coccinelles pour protéger les champs des pucerons, algue laminarine pour stimuler les défenses naturelles des céréales, guêpes trichogrammes s’attaquant aux larves de la pyrale du maïs.
Evidemment le savoir faire qui s’attache à de telles pratiques sera plus long et plus difficile à acquérir que l’actuelle robotique du déversement. La bonne chose, c’est qu’il permettra enfin aux agriculteurs de renouer avec leurs racines paysannes et mettra un terme définitif aux pratiques les plus ineptes de l’agriculture industrialisée, entre autres, celles qui contraignaient lesdits agriculteurs à s’empoisonner un peu plus chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.