Blague(s) à part ;-)

Haïku du 9 août 2017 Image 4

Une tortue luth
Est venue mourir sur une plage des Landes
Il neige sur les Hautes Alpes

Image 13

Image 1
– Tu sais quoi ? Il paraît que maintenant la glace qui fond en Arctique libère du protoxyde d’azote.
– Et alors ? C’est pire que le dioxyde de carbone ?
– Pas de comparaison : 300 fois plus efficace et 15 fois plus persistant. Le plus drôle… t’es pas chimiste, toi ?
– Non ; je ne vois pas ce qu’il y a de drôle.
– C’est la formule du gaz hilarant !
– Y a pourtant pas de quoi rire…
– Au contraire : on va pouvoir mourir de rire !

Le numérique, démocratie ou dictature ?
Il y a les réseaux sociaux, l’accès aux données du monde entier, la circulation mondiale de l’information, l’accès Image 2universel à la connaissance… Et puis il y a tous les postes de travail supprimés, l’humain devenu inaccessible, les boîtes vocales laconiques, les demandes baladées circulairement sur des sites et, au passage, abreuvées de publicité.
Et si, une fois de plus, l’enthousiasme de l’innovation devait faire place aux déconvenues ? S’il n’y avait finalement derrière ces extraordinaires opportunités, que les habituels exploiteurs ?
Alors dans le monde de demain où la moitié de l’humanité crèverait de faim, l’autre siroterait ses images couleur et ses contenus « cute », tout en sombrant insensiblement dans la boue, tandis que, peut-être, les 8 propriétaires de la richesse mondiale commenceraient à se demander s’il était vraiment pertinent d’achever la saga simiesque de cette façon-là, sous la grande écosphère… avant de réaliser qu’en fait le dispositif est enterré par 1500 mètres de fond et que le dôme lumineux au delà duquel on voit défiler les nuages, c’est de la réalité virtuelle.

Image 2

Traduction : « Valeureux camarades de Chine, vous devrez désormais, afin que notre glorieuse révolution parvienne à son terme, mettre en application les prescriptions que le glorieux président Mao Zé Dong a consignées dans ce petit livre rouge. Répétez unanimement : je n’achèterai plus de pénis de tigre, ni d’objets en bois de rose ou en ivoire et je renoncerai à déguster des ailerons de requin afin qu’il soit mis un terme aux meurtres des gardes chasses et à la dévastation des réserves naturelles. »

Image 2

Grand jeu concours de la Présidentielle
Savez-vous qui est vraiment J-L M ? Testez vos connaissances !
Questions
1° Jean-Luc Mélenchon est ou a été a) Catholique ? b) Trotskiste ? c) Franc-maçon ?
2° Combien de courants politiques, mouvements ou partis J-L M a-t-il fondés ou co-fondés ? a) 3 b) 6 c) 9
3° A quelle somme le patrimoine de J-L M s’élève-t-il, titres et propriétés inclus ? a) 300 Image 5000 € b) 600 000 € c) 900 000 €
4° Le symbole de campagne de J-L M est la lettre grecque (phi) car il a fait des études de philosophie. Quel est le titre le plus élevé qu’il atteignit dans cette discipline ? a) La licence b) La maîtrise c) L’agrégation d) Le doctorat
5° Le cumul mensuel des salaires et indemnités de J-L M atteint la somme de a) 4 000 € b) 7 000 € c) 10 000 €
6° Sur la base de ce que vous en connaissez, diriez-vous que Jean-Luc Mélenchon est a) Plutôt opportuniste b) Plutôt rigoriste ?

Réponses : 1° : Les trois. Il a travaillé pour « La voix jurasienne », journal d’inspiration catholique en 1976 ; auparavant il avait rejoint l’ O.C.I.(organisation Communiste Internationale ; trotsko-lambertiste) en 1968 ; enfin il s’est trouvé des parrains pour intégrer le Grand Orient de France en 1983.
2° : 9 . De l’UGEB en 1974 à « La France Insoumise » en 2016, en passant par « Gauche socialiste », « Nouveau Monde », « Trait d’Union », « Pour la République Sociale » et quelques autres. Ça fait beaucoup, de l’ordre d’un tous les 5 ans. Et on ne parle pas de l’entrisme au P.S…
3° : 910 000 € . On conviendra que pour le défenseur acharné des intérêts du prolétariat, ça fait une somme plutôt coquette…
4° : La licence ; ce n’est pas que ça soit peu pour se revendiquer de cette noble discipline. Mais ce n’est apparemment pas assez pour comprendre quelle indignité il y a à le faire dans un tel contexte.
5° : 10 720 € , soit plus de 7 fois le s.m.i.g. Ce qui fait des revenus plus que confortables. Il paraît qu’il en reverse une partie à son parti ; seulement on ignore laquelle.
6° Plutôt opportuniste, incontestablement. Mais avec de grands mouvements des bras pour paraître agir sous le coup de l’inspiration ou du sursaut de moralité. Témoin : sa haine des journalistes et son tout récent « greenwashing ».

Image 3

Les aigles, les rats et le petit lapin

De prime air, la gauche était fort divisée
Un tel émiettement ! La droite se gaussait.BH
Le mâle alpha des rats qui avait tout osé
S’était très tard démis ; mais après tout qui sait ?
On peut à point nommé lâcher son maroquin
Et arriver tout frais une rose à la main
Pour plaire aux électeurs rarement très malins.

Les aigles libéraux du haut de leur mépris
Toisaient la gens gauchère et doutaient qu’on y prît
Le moindrement le populaire.
De leur côté pourtant ils se donnaient des airs
Honnêtes, intelligents et ayant tout pour plaireImage 2

C’est alors que survient un tout petit lapin
Nul ne l’a vu venir ; et pourtant il cartonne
A droite, à gauche, au centre, de ses points on s’étonne
Et il en marque tant, qu’à la fin en bon prince
Il offre à quelques rats de lui serrer la pince.

Ne veulent rien savoir, et jouent les vertueux
Pas de compromission avec les réformistes !
Qu’on soit entriste ou pas, on reste des trotskistes !FF

Quant aux aigles altiers, ils s’engluent dans les creux
De leurs glauques affaires de fric, comme d’habitude.
Du coup l’électorat lassé des turpitudes
De ces politicards aux sales habitudes
Jette un œil attendri sur le petit lapin.

C’est déjà pas si mal d’humaniser l’turbin…
Et puis il a compris au moins le seuil critique
A ne jamais franchir sur le plan climatique
Et puis il est honnête et, par les temps qui courent,
C’est beaucoup plus précieux que de faire des discours

La jeunesse votera pour les grandes oreilles
Pour mettre dans sa vie quelques grains de soleil

image-5

image-1

image-3

Mon cher Totor,

si je t’écris aujourd’hui – bien que tu sois mort il y a déjà 131 ans – c’est que me tournent dans la image-1tête tes réflexions à propos du droit et de la loi. Tu prétends en substance que la loi doit se conformer au droit, autrement dit que c’est le sens du juste et de l’injuste qui doit dicter les termes gravés sur ses tables. Nous avons suivi tes conseils, homme nation, et nos lois sont impeccables ou peu s’en faut. Le problème s’est déplacé. Les puissants multiplient impunément les artifices pour échapper à la condamnation des tribunaux.
Prends Syngenta, par exemple, une firme suisse (tu n’imagines pas de quelles forfaitures, sous ses dehors paternes, est capable la patrie de Jean-Jacques). Son conseil d’administration crée une filiale française au nom de Syngenta Seeds Holding et la charge d’écouler des tonnes de graines empoisonnées. Pour ce faire ladite filiale embauche un fermier pas très malin qui répand les graines dans ses champs, contre rétribution. Dans le village où il réside les abeilles sont décimées ; on s’en émeut, les apiculteurs portent plainte… mais seul le fermier comparaîtra. Syngenta a dissout sa filiale française et on ne peut plus rien contre les empoisonneurs qui la dirigent.
Si tu pouvais me souffler un conseil pour qu’on sorte de ce labyrinthe de la filouterie, je t’en serais éternellement reconnaissante.
Bien à toi
Mumu

image-2image-3De quelques aspects généralement méconnus de la compulsion à produire et à consommer
Pour ce qui est de la sacro-sainte automobile, on commence à entrer dans le déni de réalité. Oui la voiture propulsée aux énergies fossiles pollue et tue. Pour ce qui est des accords commerciaux secrets – TAFTA, CETA et autre du même genre – c’est la démocratie foulée au pied.

Tout n’est pas perdu !
image-1
L’acidification des océans, dont on a évalué par ailleurs l’effet catastrophique, pourrait bien comporter une rétroaction négative. Certes en impactant les organismes à la base des chaînes alimentaires océaniques (krill, ptéropodes), elle provoque progressivement la fermeture du puits biogéochimique de carbone. Mais une évaporation d’eau acidifiée favorisera ultérieurement une érosion plus rapide des roches continentales, ce qui est susceptible de provoquer à terme la formation de carbonates dans les couches superficielles des mers, carbonates qui, en précipitant, constitueront un puits de remplacement. Problème : ça devrait prendre entre 8 000 et 10 000 ans.

Le spot publicitaire le plus trash de toute l’histoire de l’écologie politique !
Image 1On le doit à Greenpeace et il vante les mérites du jus de fruits réalisé à partir des produits commercialisés par « Leclerc Obscur » (sic) qui refuse de communiquer sur la question.
Voir le spot
pour se faire plaisir
et signer la pétition pour que ces distributeurs – qui, en plus, se prétendent vertueux – arrêtent d’empoisonner leurs clients.

Chers spéculateurs, bonsoir !
Pour ce qui est du vin… l’arôme, le nez, la longueur en bouche… tout ça, on oublie ! Il faut désormais, comme pour le Image 2diamant, tabler sur la rareté. Prenez les crus 2016, par exemple… Début avril, il a gelé en Bourgogne et dans le Val de Loire. En moyenne, 60% des grains ont été perdus et il n’est pas certain qu’il y ait du rattrapage. Donc si vous investissez dans du « Bourgogne 2016 » (la moindre qualité suffira ; parfois des miracles ont lieu dans les fûts) vous êtes sûrs de faire un tabac dès 2020. En parlant de 2020, pariez sur le Margaux, qualité ou pas, et dès cette année ; à cette date l’un des vignobles les plus prestigieux du Bordelais aura les pieds dans l’eau de mer (et sans faire dans l’Entre-deux 😉 ! ). Les crus non salés se vendront donc à prix d’or.
Pour le long terme, il est recommandé d’investir dans le relief amont… où les cépages devront commencer à déménager à la même date. A la vôtre !

Allez les Verts !
Au départ, c’est très sérieux : une étude américaine (Thibodeau et Lezac) à propos des profils qui déterminent les choix Image 3électoraux. Les électeurs qui optent pour la droite conservatrice ont ainsi une prédilection pour ce qui est clair et tranché. Ceux qui optent pour l’écologie politique sont au contraire ouverts à l’expérience, ont un niveau élevé de sensibilité et d’empathie ; ils sont plus développés sur le plan intellectuel, capables en particulier d’appréhender des systèmes complexes et d’anticiper en termes de probabilités.
Bref, pour le dire en raccourci, les écologistes sont sensibles et intelligents. Les autres… les autres font comme ils peuvent. Mais bon, en essayant de comprendre les écologistes, peut-être parviendraient-ils à améliorer leur score. Et puis surtout ça ne nuirait à personne, ni aux humains, ni aux bêtes, ni aux plantes. 😉 Cerise sur le gâteau : une autre étude menée par les universités de Londres et de Tilburg a montré que les « écolos » étaient plus heureux que leurs congénères. N’attendez plus : Think green ! Go green !

Le bus, les enfants et le précipice
La parabole qui suit est signée Olivier Chanel, directeur de recherche au CNRS.
« Un bus scolaire emprunte de nuit une route de montagne inconnue et escarpée pour redescendre dans la vallée. « Ne roule-t-on pas un peu vite ? », demande au conducteur l’accompagnateur. « Pas d’inquiétude, je maîtrise la situation ». La vitesse d’augmenter et l’accompagnateur de s’enquérir : « La pente s’accentue, ne devrait-on pas ralentir ? ». Le conducteur de répondre : « Peut-être la descente va-t-elle finir bientôt ? ». Et l’accompagnateur de se faire plus pressant : « Il faut freiner maintenant avant qu’il ne soit trop tard ». Le conducteur rétorque enfin : « Je prends l’engagement de freiner bientôt », mais il sait que les freins ont lâché. Il aurait pu essayer de ralentir le bus contre la paroi après avoir préparé les enfants au choc, mais il pensait que la descente prendrait fin et lui permettrait de ne pas abîmer le bus, ou qu’au pire, il serait sauvé par ses équipements de sécurité.
Les engagements pris lors de la COP21, à Paris en décembre 2015, ressemblent étrangement à cette scène. La pente qui emporte Image 2le bus illustre l’inertie des systèmes climatiques, irréversible à l’échelle d’une génération humaine. Reconnaissez vous dans la nuit l’inconnue et ses incertitudes, éclairées par les phares de la connaissance, quoique faiblement mais suffisamment pour permettre une évaluation correcte de la situation actuelle et de son proche devenir ? Voyez-vous dans le conducteur, le pouvoir politique et financier, qui tient au-delà du raisonnable à conserver intact le bus – l’économie capitaliste – et qui pense naïvement que son statut privilégié le sauvera du désastre ? Et dans l’accompagnateur, le monde scientifique, alertant inlassablement sur l’imminence du danger et la nécessité d’agir, ou encore dans les enfants, le symbole de la société civile et les générations futures ?
Comment éviter la chute apparemment inéluctable du bus dans le précipice ? En s’engageant à agir, soit, mais le plus tôt possible, puisque repousser la décision ne fait que limiter les possibilités d’action et aggraver les conséquences. Puis, agir, mais différemment et en rupture totale avec le cours des choses : atténuation de la vitesse quand elle est encore raisonnable, adaptation au choc à venir. Enfin et surtout, en imposant ce sauvetage à un conducteur qui, par égoïsme, ignorance ou aveuglement, souhaite épargner l’intégrité du bus à tout prix en refusant d’admettre l’inexorable.
»
Certes. Poursuivons donc la fable. L’accompagnateur demande aux enfants d’agripper fermement le dossier de devant, il emprunte au petit Nicolas son pistolet en plastique puis il le pointe sur le conducteur et dit : « Carrosserie ou pas, arrêtez le bus immédiatement ou je tire ! »
Enfants de la Nuit, Debout !

La moustique, le tanker et la biologiste
C’est la femelle qui pique pour pondre. Ce faisant, elle pompe des virus – Zyka, dengue, chikungunya – qu’elle inocule au prochain « réservoir » – un enfant par exemple – virus que trouveront encore ses consoeurs qui les transporteront ailleurs.Image 5 Elle aime la chaleur qui la rend plus active, augmente ses pontes et étend son aire de répartition. Et puis la mondialisation lui offre encore le moyen de traverser les océans. Elle emprunte un tanker et s’y reproduit. Ça continue dès qu’elle débarque dans tous les ports labellisés Mondialisation, qui font aussi Club Méd.
De son côté la biologiste s’affaire à rendre les moustiques stériles pour éviter une pandémie.
Le monde comme il va…
Et si on arrêtait les tankers avec leur charge de T.V., de frigo, de congélos, de machines à laver ceci ou cela ? Si l’on arrêtait d’extraire et de brûler les millions de tonnes de pétrole des navires qui les transportent et qui étendent démesurément le monde des moustiques et des virus qu’ils portent, eux aussi, dans leurs flancs ?
Et si la biologiste s’occupait plutôt de chercher des moyens de guérir des enfants ?
N’ayez pas peur ! C’était une blague…

Image 1– => Franchement, les Japs, vous vous foutez de la gueule du monde !
– Ohayou gozaïmasou ; guel ai de probème ?
– Pêche scientifique, mon cul !
– Ïé kekou desou ; oune soui pa indéressé.
– 333 baleines pour de la recherche ! Vous nous prenez vraiment pour des cons !
– Haï. NON, NON, ékouzé moi ! Bas gompri !
– Alors ? Explication ?
– Sanbyaku paleines bas bour édoudier paleine…
– Alors, pour les bouffer, non ? Soyez honnêtes au moins !
– NON, NON. Bour édoudier diloussiôn sang ban eau de ber.
– J’le crois pas !!!
– Besoin glande guandidé…

=> – Tu ne vas pas me croire : figure-toi qu’au lieu de descendre en Afrique, comme tous les ans
– Ah ? Je ne savais pas qu’elles y allaient si souvent…
– Tu sais, une migration, en principe…Image 4
– Une migration ? Mais Pourquoi ?
– L’hiver, c’est invivable pour elles. Alors au lieu de descendre jusque sous les tropiques, elles se sont arrêtées au Portugal.
– Bon ; il n’y a pas de mal à ça…
– Sauf qu’elles vivent sur une décharge.
– Quoi ! C’est pas vrai !? Mais pourquoi font-elles un truc pareil ?
– Parce que c’est beaucoup moins foulant pour trouver de la nourriture.
– Mais enfin, c’est dégueulasse ! Et puis quand on a les moyens de se payer un voyage en avion…
– En avion !? Mais tu délires ! Des cigognes, elles volent !
– Ah !… Je croyais que tu me parlais de Sidonie et Katia…
– Cigogne Ciconia, ciconia ! Ecoute un peu quand on te parle !

Image 2– Pssiitt ! => Vous savez quoi ?
– Eh bien ?
– Le grand vizir…
– Celui qui veut devenir calife à la pl..
– Oui, oui ! Figurez-vous que Iz..
– Chuttt ! On nous écoute (…)
– Iznogoud n’est pas son vrai nom…
– Sans blague !
– En réalité il s’appelle Ninicolas Sarkoschiste

Image 2=> – Ce qui me trouble, c’est qu’il ait fait exploser ses bombes…
– Il est notre ennemi, John.
– Mais non ! Je veux dire qu’il n’ait pas attendu l’occasion de la grande conf…
– God damned ! Bien sûr ! C’était le meilleur moyen de la faire capoter…
– Mais oui !
– Il casse la mobilisation ; donc pas d’accord contraignant ; donc effondrement général…
– Et là-dessus lui et ses séides peuvent prospérer comme le bacille de la peste !
– Exactement Watson ! Je ne sais pas ce que je deviendrais sans vous.
– Toujours excessif, mon cher Holmes…
– N’empêche ; si je pouvais être sûr d’éliminer Mor Hi Aar’Ty, je n’hésiterais pas à me précipiter avec lui dans l’abîme. Un whisky ?

Les marrants déchets marins à la Dali Déchets marins à la Dali

Ecolos, vous avez un saint patron ! Image 1
Officiel : c’est Saint François d’Assise. C’est lui qui prendra désormais en charge les dossiers en attente à la Direction générale. C’est le pape qui le déclare dans la dernière encyclique, Laudato si.
« Je crois que François est l’exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d’une écologie intégrale, vécue avec joie et authenticité. C’est le saint patron de tous ceux qui étudient et travaillent autour de l’écologie, aimé aussi par beaucoup de personnes qui ne sont pas chrétiennes. » Peut-être qu’à la prochaine, d’encyclique, le Vatican aura enfin compris que la politique nataliste de l’Église n’avait pas d’autre but que d’augmenter les troupes pour compenser les bénéfices en numéraire du célibat des moines et prêtres… et qu’il se décidera enfin à autoriser l’avortement, histoire d’abroger le malheur des enfants subis et d’alléger la misère des familles qui n’ont pas les moyens de les élever… en bonne charité franciscaine et compte tenu des prévisibles catastrophes impliquant la surpopulation.
Incidemment – et ça c’est le scoop – nous y apprenons que Francesco demandait qu’on laisse une partie du jardin sans la cultiver afin que puissent s’y installer les espèces sauvages. Autrement dit Saint François d’Assise était zadiste !!!

Image 1Walter Palmer, anciennement dentiste, a déboursé 50 000 $ (no need to ask where he’s from) pour avoir la satisfaction d’abattre Cecil, le lion à crinière noire du Zimbabwe. Malheureusement pour lui il n’aura pas la satisfaction d’exhiber son trophée devant ses amis admiratifs. Comme il a dû fermer son cabinet – l’animal était, en principe, protégé et il a fallu le faire sortir de la réserve pour avoir sa peau, contre du cash, of course – il devra se reconvertir. Subsidiairement ce personnage avait fait antérieurement l’objet d’une plainte pour harcèlement sexuel.

– Franchement, moi, 2°C de plus, ça m’irait plutôt bien…
– Tu sais, la Terre, c’est comme pour nous. Image 1
– Dis pas n’importe quoi ! Gaïa, c’est ça ?
– Mais non ! Toi, quand t’as 39° de fièvre, tu commences à aller mal.
– (…)
– A 41°, faut appeler le S.A.M.U.
– ça va, ça va, j’ai compris.
– Et à 42°…
– T’es mort. Pas la peine de me faire un dessin !
– Mais si, quand même…

Image 8

Image 1Bonne nouvelle !

La prochaine période glaciaire, initialement prévue dans 10 000 ans, est reportée sine die.

=> les Américains font tout à l’enversImage 3
Ils jurent sur la Bible et tiennent le récit de la Genèse pour la vérité en matière de sciences naturelles. « Dieu fit venir les animaux tour à tour, afin qu’Adam les nomme et Adam dit Brachiosaure, Caudiptéryx, Cionodon, Ptérodactyle, TyranoAAAArrGHhhh !!!! Et Dieu vit qu’il y avait un problème. »
Par contre ils appliquent résolument les théories de Darwin en matière d’économie. Alma mundi  intelligunt quorum error in tempore fecerit.

Image 4Enfant (chinois) : 3 200 euros.
Assurance vie d’un salarié souscrite au bénéfice de son entreprise : 350 000 $.
Voies rapides réservées sur autoroute (toll roads) : to the richer ones.
Ticket de rendez-vous médical : 20 yuans pièce.
Assurance sur la vie pour malades atteints du SIDA : valeur spéculative.
Cadeaux qui vous déplaisent : via internet : à la meilleure offre. Ministre : de 500 000 à 197,8 millions d’euros, selon origine et services rendus.

=> Vous n’avez pas connu la mère d’Aral ? Une femme charmante, toujours habillée avecImage 1 beaucoup de goût ; je me souviens qu’elle affectionnait le velours émeraude… Et puis elle est tombée malade ; déshydratation complète ; elle n’avait plus que la peau sur les eaux ; le pauvre Aral n’avait même plus envie d’aller à la pêche ; c’est dire… A l’époque, la pêche, c’était sa vie… Enfin. c’est la vie, comme on dit.

=> Deux représentants de commerce, à la terrasse d’un café :

Image 2– Non, franchement, l’écotaxe, c’est vraiment injuste pour nous, les Bretons. On est trop loin de Paris…

– Pas beaucoup plus que nous, les Alsaciens. D’ailleurs, nous, on devrait pas avoir à payer d’assurance inondation.

– Ah bon? Je ne vois pas pourquoi…

– On est beaucoup trop loin de la mer.

=> Des Français sont dans un avion, en vitesse de croisière, à 10 000 m d’altitude.

Gling, gling ; annonce du pilote : « Je suis désolé de vous l’apprendre mais notre réservoir fuit ; nous n’avons plus que 10 mn de vol à ce régime-là et l’aéroport le plus proche est à 2 heures de vol. Que devons-nous faire ? »Image 1

Cris d’effroi, protestations puis vive discussion … politique :

– La droite libérale : « Il n’y a qu’à continuer ; laissons faire la nature des choses ! » (En aparté : « Tous les gilets  et les canots sont bien en première, hein ? »)

– Les communistes et les trotskistes : « C’est seulement de la propagande capitaliste pour qu’on jette les valises du prolétariat par dessus bord ; continuons ! »

– Les socialistes et les écologistes, hors entristes : « On va décélérer le plus possible, pour perdre de l’altitude sans risquer le crash ; on renouvelle l’opération et, avec un peu de chance, on pourra amerrir et limiter les dégâts.»

– L’extrême droite : « Qu’est-ce qu’i sont cons ! Mais, qu’est-ce qu’i sont cons ! Suffit d’accélérer ; on arrivera plus vite à l’aéroport ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.