Chrématistique

Image 1                                                        Image 4

Terme forgé par Aristote, à partir de χρήματα : argent, monnaie, pour désigner la science de l’enrichissement. Le Stagyrite, sur le cerveau duquel l’Occident a vécu pendant un millénaire, affirme que :

– l’accumulation de numéraire, dont la valeur est issue d’une convention, ne saurait en aucun cas constituer une richesse véritable.

– le critère d’une bonne économie (de οκος, la maison, et νόμος, la loi, c’est-à-dire les règles à appliquer dans la communauté pour le bien de tous), c’est que personne ne s’enrichisse.

Qu’on en prenne de la graine avant d’avoir à payer une redevance pour les semences fermières de l’esprit.

Il faut ajouter que contrairement à une croyance répandue, la chrématistique faisait déjà des ravages dans l’Antiquité. A Rome les taux usuraires pouvaient atteindre 30% de la valeur du prêt et quand on n’était plus en mesure de le rembourser, on se vendait soi-même comme esclave.

Deux des trois  dernières grandes crises économiques occidentales -1929 et  2008 – sont initialement des crises de la spéculation, autrement dit, de la chrématistique.

Les Indiens du Pacifique utilisaient des cauris, petits coquillages blancs, afin de faciliter les échanges de produits et de services. Dans ces communautés archaïques, personne, sans doute, n’aurait eu l’idée d’accaparer tous les cauris des plages alentour pour se faire servir sans effort. Les cauris étaient simplement un moyen commode de tenir le compte des échanges.

Les mêmes avaient également institué le potlatch, grande cérémonie de célébrations, de fêtes et d’échanges intertribaux, qui avait lieu, en moyenne, tous les quatre ans. Le potlatch était une compétition entre les chefs de tribu qui aspiraient à exercer un pouvoir politique ou à recevoir une distinction ; ceux-ci rivalisaient en distribuant ou en détruisant toutes les productions excédentaires des années précédentes. Conséquences :

– on ne pouvait, à la fois, être puissant et riche

– aucune tribu n’accumulait de richesses et chacune repartait sur des bases équivalentes, travailler à un nouveau cycle

– les jeunes gens en âge de se marier faisaient connaissance.

L’Occident évolué ne paraît disposer que d’un seul moyen efficace de régulation économique : la guerre. Ceci dit, il n’est pas exclu que la destruction de l’environnement assure finalement une fonction identique. Les spécialistes contemporains de la chrématistique  se sont récemment avisés de ce qu’une catégorie particulière de marchandises bénéficie d’un effet intéressant, dit de King, à savoir qu’en cas de rareté, son prix tend vers l’infini. Il ne s’agit pas de l’or mais de la nourriture. Lesdits spécialistes ont donc commencé à spéculer sur les céréales.

Naturellement les effets d’une telle entreprise ne concernent que ce qu’on nomme par euphémisme « la demande solvable ». Les demandeurs non solvables peuvent donc continuer à mourir de faim en attendant une aide humanitaire. Mais, comme l’a fait judicieusement remarquer Pierre Rabbi, l’humanitaire, quelque part, c’est le contraire de l’humanisme.

MG

Potlatch et chrématistique : sacralisation des biens et déni du droit d’abuser.

Trafic d’organes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.