Clathrate

Image 1Structure constituée de molécules d’eau, à l’état liquide ou solide, emprisonnant un corps étranger.

Les clathrates de méthane, découverts dans les fonds arctiques en voie de réchauffement,  constituent, du point de vue de l’effet de serre,  l’origine d’une rétroaction positive majeure.

Un m3 de clathrates est susceptible de libérer 164 m3 de méthane, gaz ne séjournant que 10 ans dans l’atmosphère – au lieu de 15 pour le dioxyde de carbone – mais 21 fois plus efficace quant à l’effet de serre.

Leur fonte ainsi que celle des clathrates des pergélisols circumpolaires – familièrement surnommés « glace qui brûle »- va libérer de telles quantités de méthane dans l’atmosphère que les fragiles équilibres climatiques terrestres n’y résisteront pas.

« Clathrate » pourrait bien être le nom de la fin de notre monde.

MG

The clathrate gun hypothesis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.