Désertification

Processus complexe – incluant généralement des chaînes de rétroactions – par lequel une zone sèche ou aride se transforme en désert. Le processus le plus simple est une transformation géologique qui modifie le régime local des pluies et induit la diminution progressive puis la disparition du couvert végétal. Ex : la surrection de l’épaulement Est du grand Rift Dust storm Autraliaafricain. Plus généralement une modification des courants océaniques et aériens qui trouve son origine dans des variations astronomiques, va se voir plus ou moins amplifiée par des facteurs biologiques locaux. La forêt amazonienne doit autant sa luxuriance à l’abondance des précipitations qu’au fait que les feuilles des arbres y servent de noyau de condensation à la vapeur d’eau. A l’inverse les modifications climatiques qui ont impacté le Sahara il y a 9000 ans, ont probablement été aggravées par les pratiques humaines locales, en particulier la déforestation impliquée dans l’agriculture et le travail du fer.
Les processus de grande envergure actuellement en cours (Californie, Australie) paraissent au contraire résulter de modifications générales impliquant le système intégré des courants océaniques (Grande courroie de transmission). Ceci n’exclut évidemment pas les processus locaux de dégradation (Chine continentale, zone de la mer d’Aral, du lac Tchad).
Enfin il est probable que la déstabilisation climatique qui induira un réchauffement général, se traduira par une amplification de la désertification des grandes masses continentales, du fait d’une saturation plus rapide de l’air en vapeur d’eau, induisant des précipitations plus rapides et donc plus proches des bassins d’évaporation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.