E.S.S.

Image 1Sigle d Économie Sociale et Solidaire. Cette expression résume l’aspiration d’un nombre croissant d’acteurs des champs sociaux, politiques et associatifs à extraire l’économie des logiques spéculatives qui la dominent aujourd’hui et à la restaurer comme système des échanges équitables, entre des acteurs humains, des fruits de leur travail.

Ce projet revêt une grande diversité  de formes, depuis les S.E.L. (systèmes d’échanges locaux) des petites communauté villageoises, durement atteintes par le chômage, à la commercialisation, via de grands distributeurs, de produits dits éthiques, c’est-à-dire qui garantissent en particulier une juste rémunération des producteurs de base.

Il s’appuie sur une multitude d’acteurs, depuis le consommateur de base qui opte par solidarité pour ces produits, jusqu’à l’Etat qui peut, le cas échéant, faire de l’E.S.S. le facteur d’un traitement durable du chômage. Les récentes lois Hamon entendent favoriser ce qu’on nomme justement l’entrepreneuriat social, en particulier en rendant les entreprises de l’ESS, définies selon des critères stricts, prioritaires sur les marchés publics.

Image 1Enfin la transition énergétique et, plus largement, la transition écologique ne pourront s’accomplir de façon supportable pour les salariés qu’à la condition expresse d’induire la montée en puissance des entreprises de l’ESS.

Une réalisation exemplaire : le groupe SOS et un portrait de son fondateur : Jean-Marc Borello

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.