Empreinte carbone

Image 2

Impact ramené à l’individu de l’ensemble de ses comportements  sur la quantité de gaz à effet de serre supplémentaire émise de son fait. L’empreinte carbone s’exprime en tonnes d’équivalent CO2 / an. Elle est largement tributaire du transport individuel alimenté par l’utilisation d’énergies fossiles mais peut aussi, selon le contexte national et économique, être augmentée par la consommation domestique (chauffage, cuisson), par le bâtiment (le ciment est en effet un important émetteur de gaz à effet de serre), par le mode alimentaire (les bovins émettent d’importantes quantités de méthane).

Il existe par ailleurs de grandes disparités entre les populations selon leur niveau de développement, leur situation géographique  et leurs options énergétiques. En 2010 les émissions moyennes annuelles  étaient de 18,2 t pour un Saoudien, 17,6 t pour un Étasunien, 11,8 t pour un Russe, 9,3 t pour un Allemand, 8,9 t pour un Japonais,  7,9 t pour un Anglais, 6,7 t pour un Italien,  6,2 t pour un Chinois, 5,5 t pour un Français, 4,1 t pour un Mexicain, 2,2 t pour un Brésilien, 1,7 t pour un Indien.

Sur le plan individuel, tenter de l’évaluer permet de sélectionner des comportements alternatifs : transports en commun, énergies renouvelables, choix de la filière bois, préférence donnée aux produits locaux requérant moins de transports. D’autre part on peut compenser ses émissions par des actes correcteurs : recyclage, plantations, végétarisme.

MG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.