Énergie renouvelable

Image 4Énergie susceptible d’être produite sans apport de carburant  ou de combustible et, par conséquent, sans rejets nocifs dans l’environnement, qu’ils soient indirects, comme les G.E.S. ou directs, comme les effluents nucléaires, ceci par renouvellement naturel de sa source.

L’énergie solaire, l’énergie éolienne  et l’énergie hydraulique constituent les trois formes de l’énergie renouvelable ; elles utilisent respectivement le rayonnement solaire, la force du vent et celle des eaux, qu’il s’agisse des rivières ou de la mer. Une fois l’ installation faite et les raccordements effectués, l’énergie peut être produite sans autre dispositif  que des visites d’entretien. On doit cependant faire entrer dans le bilan environnemental les rejets liés à l’édification de l’outil de production ; s’agissant des barrages, par exemple, on sait que le ciment est, lui aussi, un puissant émetteur de G.E.S.

Ceci dit, ces dispositifs peuvent ensuite produire perpétuellement de l’électricité. Jusqu’à une époque récente, le développement du solaire et de l’éolien buttait sur le problème du lissage de la production et, par conséquent, sur celui du stockage de l’énergie. Il semble que l’on dispose désormais, avec les fullerènes, de structures moléculaires susceptibles de stocker efficacement ce qu’on nomme les « énergies intermittentes ».

Enfin, même si l’investissement initial, rapporté au kilowatt / heure produit,  est sensiblement plus élevé que pour les centrales à combustibles fossiles, il faut considérer d’une part la très courte durée de l’amortissement, d’autre part la nécessité absolue d’éviter la catastrophe climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.