Femmes

Femelles de l’espèces Homo sapiens sapiens. En l’occurrence, il serait préférable de parler de l’espèce Femina sapiens sapiens puisque le séquençage du génome humain vient de révéler que les gènes de l’intelligence sont majoritairement répartis sur le chromosome X dont on sait que la femelle humaine possède deux exemplaires, soit le double du mâle.
Néanmoins les femmes sont majoritairement dévolues aux tâches ancillaires (entretien du foyer, préparation de la nourriture, Image 2soins donnés aux enfants en bas âge…) A l’exception des pays développés où elles ont la possibilité de faire des études, d’accéder à l’emploi et d’acquérir par là leur liberté, les femmes sont donc entièrement dépendantes de leur époux et soumises à leur bon vouloir, quand ce n’est pas à leur violence.
Les statistiques des violences conjugales en France donnent une petite idée des niveaux que celles-ci peuvent atteindre quand la dépendance est encore plus forte (et que généralement de telles statistiques n’existent pas). Sous d’autres cieux le simple fait de prendre un bus pour une femme accroît significativement le risque d’être violée. Sous d’autres encore, les femmes sont contraintes de s’emballer de la tête aux pieds dans de la toile anthracite faute de quoi elles seront tenues pour responsables des émois sexuels des mâles.
Et pourtant – la génétique ne ment pas – ce sont bien les femmes qui ont inventé l’humanité. Quand le Grand Rift de l’Est africain a commencé à sombrer dans une inexorable sécheresse, les grands arbres protecteurs se sont faits de plus en plus rares. Les singes, nos ancêtres, ont progressivement appris à se redresser afin de voir arriver à temps le lion ou le léopard. Peu à peu les os du bassin et ceux de la mâchoire se sont modifiés. Les petits sont nés prématurément mais les femelles ont appris à moduler les sons dans leur cavité buccale. Ainsi les mères inventèrent le langage et la musique de la parole. Longtemps après encore, l’hémisphère gauche des hominiens a commencé à scruter avec des mots le contenu du droit, demeuré animal. Analyser, anticiper, diriger les gestes… la pensée était née.
Aujourd’hui cette humanité court le risque de disparaître. Il importe que sa moitié féminine et maternelle prenne le pas sur l’autre si elle veut survivre. L’urgence serait de faire comprendre à ces messieurs qu’il est temps de cesser de jouer à la parade du mâle alpha, à la bourse ou sur le champ de bataille, et de se préoccuper de l’avenir des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.