Forêts – 2

Image 2Lieu planté d’arbres, naturel ou artificiel. Dans ce second cas il s’agit en réalité d’un champ d’arbres destinés à être coupés et vendus. Sous ce rapport, le pin (ou sapin) Douglas a paru d’abord être le cultivar le plus intéressant : pousse rectiligne et rapide, bon bois d’oeuvre. Il a cependant un inconvénient majeur : il ne laisse rien subsister au sol ou alentour, étant, en cela, plus efficace que tous les autres résineux.
La forêt naturelle est à peu près tout le contraire. Hors exploitation aurifère ou agricole, la forêt d’Amazonie qui est primaire, c’est-à-dire demeurée sur son implantation initiale, présente une richesse variétale record puisqu’elle est capable de faire cohabiter 700 espèces à l’hectare.
Une forêt de cette sorte, naturelle, constitue en réalité un ensemble biodynamique inégalable. Celle-ci a commencé son histoire il y a 65 millions d’années… Des plantes d’espèces différentes poussent et se multiplient ; elles rivalisent en hauteur pour atteindre plus sûrement le soleil et deviennent des arbres ; ou alors elles développent des stratégies ad hoc : molécules pour éloigner les rivales ou feuilles dentelées pour en être tolérées. D’autres plantes ou plantules peuplent progressivement les interstices laissés vacants ; moins exigeantes en lumière ou s’enroulant autour des troncs en place. Tout ça se croise et se bouture et invente tous les moyens de survivre et de se reproduire ; et cela crée indéfiniment. Les feuilles que la lumière n’atteint plus tombent et tapissent le sol et l’enrichissent en nutriments et en humidité ; d’autres graines surviennent et d’autres inventions. Et les animaux de toutes sortes y trouvent leur compte : de quoi se nourrir, se protéger, se reproduire. Au cours du temps les plantes ont multiplié indéfiniment les lieux de vie, les façons d’être. Il suffit de regarder les multiples parcours et activités qu’un oiseau s’invente dans le sous-bois ; c’est le monde qu’il habite.
La forêt, c’est la vie. Que les avides, avec leurs pelleteuses, leurs bulldozers, leur mercure, passent donc au large.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.