Giboulées de mars

Pluies brèves et violentes, d’eau ou de grêlons, caractéristiques de la transition saisonnière hiver /Image 2 printemps dans l’hémisphère nord, durant l’Holocène. Les giboulées de mars, qui pouvaient également survenir en avril, étaient provoquées par la montée rapide de l’air réchauffé par l’accroissement du rayonnement solaire capté par les surfaces terrestres (océaniques et continentales) et sa condensation rapide en altitude par l’effet de l’air froid rencontré alors. Du fait de la survenue d’un événement de Bond, au début de l’Anthropocène, la transition saisonnière a cédé la place à une alternance de vagues de froid et de chaleur et il convient désormais de parler du crachin de la fin mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.