Loi de King

La variation des prix d’une marchandise en fonction de l’offre et de la demande, se spécifie pour les produits agricoles par une hypervolatilité des prix. Schématiquement si l’offre s’effondre, le prix tend vers l’infini, du simple fait qu’on ne peut se dispenser de manger ; si l’offre croît de façon importante, le prix tend vers zéro, ces produits étant à la fois faiblement stockables et faiblement convertibles.
Diverses tensions apparues récemment se font ressentir sur ce marché : les aléas climatiques sont évidemment un facteur d’incertitude ; comme, selon toute probabilité, ils vont croître, il faut s’attendre à une augmentation générale des prix.Image 1 Celle-ci sera entretenue par l’emprise croissante sur les terres de cultures destinées à produire les biocarburants qui viendront s’ajouter à celles déjà destinées à l’alimentation du bétail. Enfin depuis le début des années 2000 les boursicoteurs qui se sont avisés du potentiel de ce marché en termes de croissance des bénéfices, ont commencé à spéculer sur les céréales.
Ces facteurs seront encore aggravés par l’interdiction des exportations en cas de pénurie, les états étant évidemment tenus de garantir la sécurité alimentaire des nationaux.
Relativement à ces risques considérables, il existe deux écoles : le marché et la régulation. Pour les tenants du premier, le refus d’exporter les mauvaises années peut induire un raidissement des politiques nationales et faire perdre l’effet régulateur des gradients de productivité d’une région à l’autre, suscitant finalement une hausse des prix. Pour les partisans de la seconde, il s’agit de garantir la sécurité alimentaire sur le long terme, en particulier par le stockage des excédents qui permet de maintenir les prix dans des limites permettant à la fois l’accès de tous à une alimentation abordable et le maintien des agriculteurs par le biais de revenus décents.
La solution de ce problème crucial réside probablement dans une régulation mondiale qui laisserait agir le marché dans les limites où il est bénéfique mais corrigerait par des politiques appropriées ses effets pervers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.