O.G.M.

Image 2Sigle d’ organisme génétiquement modifié par lequel on désigne généralement les semences agricoles dont l’ADN (sigle d’acide désoxyribonucléique) a été modifié afin d’y inclure des gènes améliorant la productivité.

En réalité, derrière celle-ci, c’est la rentabilité qui est visée ( à une exception près : le NERICA, acronyme anglais de new rice for Africa). Les starts-up du secteur des biotechnologies ayant toutes été rachetées par des majors de l’industrie chimique, les modifications génétiques implantées sur les semences se conforment généralement au schéma suivant :

–       résistance au ravageur principal

–       résistance aux pesticides (nécessaires faute de résistance aux autres ravageurs)

–       inhibition de la germination ou induction de la stérilité des graines.

On aura compris qu’il s’agit de faire en sorte que le paysan repasse à la caisse le plus souvent possible afin de racheter des semences, des pesticides, des engrais…

Vandana Shiva estime à 200 000 le nombre de paysans indiens qui se sont suicidés parce qu’ils ne pouvaient plus faire face à ces dépenses ; elle indique que le prix du sac de semences  pour le coton est passé de 6 (semences fermières) à 3600 roupies (semences génétiquement modifiées).

Le « major » du secteur est Monsanto qui se signale à l’attention par le lobbying intense qu’il exerce sur les gouvernements, les institutions internationales, les médias et les chercheurs. Un récent cas d’école est celui du professeur Seralini. Comme celui-ci avait établi une augmentation des cas de cancer dans une lignées de rats nourris avec un maïs transgénique Monsanto, la revue « Food and Chemical toxicology » où l’article, faisant part de ces résultats, devait être publié, lui signala, peu de temps avant parution, que celui-ci était retiré, au motif que les résultats obtenus n’étaient pas jugés concluants. Il est à noter que ladite revue venait alors d’intégrer dans son comité de rédaction M. R. Goodman, biologiste antérieurement employé par Monsanto. Moyennant quoi Monsanto va pouvoir remonter à l’assaut de l’Union Européenne qui n’aura rien à lui opposer.

MG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.