Permaculture

Mot valise issu de l’anglais permanent culture, le terme désigne une méthode culturale qui repose sur les interactions créatrices observées dans la nature. A cet égard le praticien retiendra en particulier la protection de l’humidité du sol par le couvert de débris végétaux, l’effet d’enrichissement du terreau à partir de certaines plantes, Image 2notamment les légumineuses, les services écosystémiques rendus par d’autres plantes ou animaux qui écartent de possibles ravageurs. Il s’interdira en outre les pratiques dévastatrices, comme le labourage profond qui déstructure le sol et rend inopérant les organismes terricoles, et naturellement l’emploi des pesticides qui en détruit les trois quarts. Ces exigences imposent de rompre avec l’organisation agricole des champs uniformes et nus, au profit de mélanges et de succession de plantations ; la pratique de la butte est encore un bon moyen de pratiquer commodément et d’ajuster le taux d’humidité à chaque espèce végétale. Si cette pratique exige de réfléchir en permanence aux gestes du champ ou du potager, elle économise en revanche beaucoup de temps, d’efforts et de dépenses. Un très bel expli-site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.