Pluie

Chute d’eau douce procédant de la condensation de la vapeur d’eau issue des surfaces océaniques sous le fait du réchauffement induit par le rayonnement solaire. La pluie procure, de façon directe ou indirecte, la molécule H2O aux êtres vivants terrestres – animaux, végétaux, champignons – indispensable leur métabolisme et, par conséquent, à leur survie.
Image 1Quand la température de l’atmosphère atteint 0°C, l’eau passe de la phase liquide à la phase solide et devient de la neige. La localisation des précipitations pluviales est fonction de la circulation océanique et des courants aériens mais aussi de la présence et de la densité de noyaux de condensation dans l’atmosphère, particules de petite taille généralement, grâce auxquelles l’eau passe de la phase gazeuse à la phase liquide ou solide.
C’est la régularité du régime des pluies qui décide de l’implantation pérenne des communautés végétales, animales, humaines. A cet égard il faut relever, à partir de 2015, plusieurs indices concomitants de la modification de ce régime lesquels pourraient constituer des indicateurs de la déstabilisation climatique globale : sécheresse prolongée en Californie et en Afrique du Sud, précipitations anormalement abondantes et violentes en Patagonie et dans les Caraïbes. Ces dernières anomalies peuvent aussi provoquer des effondrements de terrain ou des coulées de boue, également destructrices par leur impact sur l’habitat et la partie humique du sol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.