Politique

Au sens étymologique la « polithéïa » (πόλιτεια), c’est l’administration de la cité ( πόλις), tant du point de vue du citoyen que de celui de l’homme d’état. Cette dualité fondamentale implique les deux principes quiImage 2 doivent prévaloir en bonne politique : le rationnel et le raisonnable. Dans l’un et l’autre cas, celle-ci intègre la notion de limite. Pour ce qui concerne le XXI° siècle, les deux ordres de limites relèvent de l’écologie et de l’économie.
C’est ainsi que la bonne politique pour l’avenir devra favoriser la transition vers un modèle économique compatible avec la survie de tous ; elle passera donc nécessairement par la priorité donnée aux communautés locales en augmentant leur résilience (c’est-à-dire leur capacité à résister aux changements), sur les plans alimentaire et énergétique en particulier, et en posant le principe de la permanence de l’implantation, sauf exception.
Si l’on veut en effet dans l’avenir éviter de déclencher, à la suite d’inévitables catastrophes, de dramatiques mouvements de population, à la fois déstabilisantes pour les autres communautés et sans aucune garantie à court terme d’obtenir une résidence sécurisée, il faut impérativement donner la priorité à l’adaptation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.