Tropisme analytique

Tendance, d’autant plus invincible qu’elle s’inscrit dans les institutions, à appréhender le réel Image 1comme une collection discrète d’entités indépendantes et bien délimitées.

Du point de vue institutionnel, c’est ce tropisme qui sous-tend, au delà des nécessités pratiques,  la répartition de la recherche universitaire par spécialités, généralement assez peu perméables les unes aux autres.

Celle-ci  dérive, sans solution de continuité, de l’organisation médiévale de la transmission des savoirs, laquelle  visait avant tout à la préservation de la dogmatique chrétienne. L’enseignement de l’histoire, par exemple, continue de se répartir en histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine, maintenant dans une ombre discrète les siècles obscurs –  III° et IV° siècles notamment – pendant lesquels a lieu la destruction systématique des civilisations de l’antiquité grécoromaine.

C’est cette spécialisation à outrance qui a imposé la nécessité d’instituer, dans l’organisation de l’hôpital, un service de médecine interne vers lequel sont dirigés les malades dont la pathologie n’est  lisible dans le cadre d’aucune spécialité.

En climatologie on peut considérer que l’événement de Bond qui a commencé à se mettre en place depuis quelques années n’est actuellement lisible pour aucun spécialiste, les paléoclimatologues, qui en connaissent le mécanisme,  s’occupant exclusivement des climats du passé, et les climatologues, une fois dressée la liste des caractéristiques de l’époque actuelle,  se bornant à l’alternance  glaciaire / interglaciaire.

Ce tropisme analytique peut être tenu pour l’équivalent de ce qu’Edgar Morin désigne nomme « la pensée en miettes » et qui nous interdit  de saisir simultanément les lignes de force du monde, tant humain que physique, dans lequel nous vivons et les enjeux qui s’y attachent.

Cet « analytisme » est sans doute une nécessité de la pensée mais il ne peut en constituer qu’une étape qui doit être dépassée.  C’est que, joint aux deux autres tropismes que sont le substantialisme et le causalisme, il concourt à notre aveuglement sur l’état actuel du système / Terre et sur la façon dont celui-ci peut évoluer dans les prochaines décennies.

Nous sommes comme ces passagers incrédules du Titanic qui regardaient l’iceberg approcher sans plus de réaction, leur navire étant garanti insubmersible…

MG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.