Vortex polaire

Courant aérien circulaire entourant chacun des pôles et résultant d’une part du gradient de température entre zone polaire et zone tempérée, d’autre part de l’effet de Coriolis. Comme c’est lors de l’hiver hémisphérique que ce gradient est le plus important, c’est pendant cette saison que le vortex est le plus actif. Il a pour effet d’isoler des zones de haute pression, donc froides, qui, du fait de cet isolement,  continuent à se refroidir. C’est encore cet isolement qui catalyse, en Antarctique, la déplétion de l’ozone stratosphérique.Image 1

L’épisode de froid intense de 2014 en Amérique du Nord – qui s’est traduit en particulier par des températures anormalement basses dans les états du Sud – paraît être le signe d’un déplacement du vortex arctique. Celui-ci pourrait résulter corrélativement  d’un déplacement du jet stream, de sa structure propre (il a deux foyers) et du réchauffement du vaste plateau continental sibérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.